Echo VertJardin potager

Qu’est-ce qu’une maladie des légumes ?

Gestion des maladies dans un potager amateur

Les maladies des plantes peuvent constituer un problème dans le jardin familial, surtout par temps chaud et humide. La plupart des légumes sont sensibles à au moins quelques maladies, mais certaines maladies sont plus problématiques que d’autres. Les pourritures des racines, les taches sur les feuilles et les pourritures des fruits sont les problèmes de maladies des légumes les plus courants. Heureusement, la Géorgie bénéficie d’une longue saison fraîche, de l’automne au printemps, qui permet de cultiver une grande variété de cultures de saison fraîche avec un risque de maladie considérablement réduit.

Quatre types d’organismes sont à l’origine des maladies des plantes : les champignons, les bactéries, les nématodes et les virus. Ces organismes sont souvent appelés parasites ou agents pathogènes des plantes.

Les maladies des plantes causées par les champignons et les bactéries sont plus fréquentes lorsque les averses de pluie et/ou les fortes rosées sont fréquentes et que les températures sont chaudes. Au cours de ces périodes, il convient d’inspecter régulièrement le jardin à la recherche de maladies. Les maladies virales des légumes surviennent principalement pendant l’été, lorsque les insectes qui transportent ces maladies sont les plus actifs. Les nématodes se développent lorsque les températures sont chaudes, mais ils peuvent se nourrir des racines des plantes toute l’année. Bien que les dommages causés par les nématodes au système racinaire soient cachés, un nombre élevé de ces parasites réduit la croissance et le rendement des plantes.

Les jardiniers amateurs peuvent réduire considérablement l’apparition de nombreuses maladies en adoptant des pratiques culturales saines, telles que décrites dans cette publication.

Choix du site

Bien que peu de gens aient un endroit idéal pour jardiner, le choix du site est important pour réussir un jardin. Un site de jardinage domestique doit être bien drainé. Évitez les sols humides et mal drainés. Une humidité excessive du sol favorise grandement les maladies, en particulier les maladies des semis, des racines et du collet. Un site ensoleillé, ouvert et bien ventilé est important pour la culture de légumes sains. La plupart des légumes ont besoin de beaucoup de soleil pour se développer. L’ombre et la végétation dense autour du site peuvent favoriser les maladies des plantes en créant un environnement plus humide dans lequel la plupart des agents pathogènes des plantes prospèrent. Le plein soleil accélère le séchage du feuillage, ce qui peut réduire l’incidence de la plupart des maladies foliaires.

Rotation des cultures

La rotation des cultures est très importante pour réduire les pertes dues aux maladies des légumes. Les plantations continues d’une même famille de légumes au même endroit sont propices à l’accumulation de pathogènes. Ne cultivez le même type de légumes ou des légumes étroitement apparentés dans le même sol qu’une fois tous les trois à cinq ans. Cette pratique permet d’éliminer la plupart des agents pathogènes qui causent les maladies des tiges et des feuilles.

Des rotations de cultures plus longues et/ou d’autres méthodes de gestion peuvent être nécessaires pour les problèmes liés au sol, comme les maladies des racines et du collet causées par les champignons Phytophthora, Rhizoctonia, Pythium et Sclerotium, les flétrissements vasculaires causés par Ralstonia ou Fusarium, et les nématodes à galles. Ces organismes ont une longue durée de vie et affectent de nombreuses familles de plantes.

Le tableau 1 énumère les légumes courants par familles ou groupes. Faites la rotation des légumes avec d’autres en dehors de ce groupe pour minimiser les maladies transmises par le sol.

 Légumes couramment cultivés et leurs familles de plantes.

Alliaceae  Brassicaceae  Cucurbitacae  Fabaceae  Solanaceae
Ciboulette
Ail
Poireaux
Oignons
Brocoli
Choux de Bruxelles
Chou
Chou-fleur
Choux de Bruxelles
Laitue
Moutarde
Radis
Rutabaga
Epinards
Navet
Cantaloup
Concombres
Melon miel
Citrouilles
Courges
Melon d’eau
Tous les haricots
Pois anglais
Pois du Sud
Aubergines
Poivrons
Pommes de terre
Tomates
Asteraceae  Poaceae  Malvaceae  Chenopodiaceae  Apiaceae
Laitue Maïs Okra Epinard  Carotte

Semences et transplants exempts de maladies

De nombreuses maladies des plantes peuvent être transmises par les semences. Si vous souhaitez conserver des semences, consultez les guides de conservation des semences pour savoir quelles espèces végétales ou quels cultivars sont appropriés. Ne conservez que les graines de plantes saines.

A lire  Qu'est-ce que le choc des plantes ?

Certaines maladies, notamment les taches foliaires et fruitières fongiques et bactériennes, peuvent contaminer les semences de leur plante hôte avec les spores fongiques ou les cellules bactériennes responsables de la maladie. Lorsque des semences contaminées sont plantées l’année suivante, la nouvelle plante est vulnérable à l’infection par cette source supplémentaire de maladie. Les semences disponibles dans le commerce sont souvent, mais pas toujours, produites dans les régions arides de l’ouest des États-Unis, où les agents pathogènes transmis par les semences sont moins courants. Les semences ne doivent être conservées que sur des plantes saines ou achetées auprès de semenciers réputés.

Les semenciers appliquent souvent des fongicides pour protéger les semences. Bien que ces traitements offrent une certaine protection contre les agents pathogènes présents dans le sol qui attaquent les graines en germination et les plantules émergentes, ils ne contrôlent pas les agents pathogènes qui peuvent attaquer la plante après le stade de plantule.

Les jardiniers qui commencent une culture à partir de transplants doivent examiner soigneusement les transplants avant de les acheter. Choisissez des transplants sains qui semblent exempts de maladies et d’insectes.

Variétés résistantes aux maladies

La plantation de variétés résistantes est le moyen le plus efficace de lutter contre les maladies des légumes. Faites l’effort d’acheter des variétés résistantes lorsqu’elles sont disponibles. Les catalogues de semences indiquent généralement les caractéristiques de résistance des variétés de légumes.

Dans le Sud-Est, les résistances importantes aux maladies (avec leurs abréviations dans les catalogues de semences) à prendre en compte sont les suivantes :

  • Tomates : Résistance à la flétrissure fusarienne (F2, F3) et au nématode à galles (N). Certaines variétés peuvent également présenter une résistance partielle au mildiou précoce (AB) et au mildiou tardif (LB).
  • Squash/Concombres : Oïdium (PM), mildiou (DM), anthracnose (A), gale (S) et virus (WMV, ZMV, CMV, etc.).
  • Haricots : Virus de la mosaïque du haricot (BMV), anthracnose (A).

La résistance est un terme relatif et les variétés résistantes peuvent être soit totalement immunisées, soit seulement partiellement résistantes, selon la maladie et la variété. On peut s’attendre à moins de maladie sur les variétés partiellement résistantes, ce qui peut être suffisant pour gérer la maladie la plupart des années. La plupart des variétés résistantes sont des hybrides F1. Les variétés à pollinisation libre ou héritées ne sont généralement pas étiquetées comme étant résistantes aux maladies. L’achat de variétés non résistantes est également une option, bien que plus de soins soient nécessaires pour prévenir certaines maladies.

Gestion de la date de plantation

La date de plantation peut être un outil efficace de gestion des maladies. Planter des graines lorsque le sol n’est pas à la bonne température pour une bonne germination peut augmenter les maladies des graines et des semis. Respectez les dates de plantation recommandées pour le légume que vous cultivez. Les cultures de saison chaude sont plus susceptibles d’être endommagées par le froid et les semences de saison fraîche peuvent ne pas germer si les températures sont chaudes.

L’ajustement de la date de plantation peut également être utilisé pour éviter les périodes de l’année où la pression des ravageurs est élevée. En général, les ravageurs les plus dévastateurs surviennent pendant les mois les plus chauds. Le désir de produire une récolte précoce doit être mis en balance avec des températures trop fraîches pour la croissance des plantes. Voici des exemples de cultures qui bénéficient d’une plantation précoce (et des ravageurs qui sont évités) : le maïs (ver de l’épi du maïs, rouille), les haricots (rouilles, virus, dommages causés par la chaleur) et les courges (foreur de tige, ver des cornichons, mildiou et oïdium, virus). Les plantations de ces cultures à la fin de l’été ou au début de l’automne peuvent également être bénéfiques pour éviter les ravageurs. La plantation de transplants peut contribuer à l’établissement précoce d’une culture, à condition que les transplants soient exempts de maladies.

Espacement et palissage appropriés

Un espacement et un palissage adéquats peuvent réduire l’apparition de nombreuses maladies foliaires des légumes, en particulier les maladies fongiques et bactériennes qui se développent dans les périodes humides prolongées. Espacez correctement les plantes pour permettre une bonne circulation de l’air. Les conditions humides se prolongent si les plantes sont entassées et ne peuvent pas sécher rapidement.

Les tomates, les haricots et les concombres, en particulier, bénéficieront d’un certain type de tuteurage ou de palissage car ils sont tous sujets à des maladies fongiques et bactériennes foliaires gênantes. L’amélioration de la circulation de l’air permet de sécher le feuillage plus rapidement et de réduire la gravité des maladies.

A lire  Qu'est-ce que les orchidées attirent ?

Un arrosage approprié

Une bonne gestion de l’eau est importante pour garder les plantes en bonne santé. Les sols constamment humides favorisent les maladies du sol telles que la pourriture des graines, la fonte des semis, la pourriture des racines et des couronnes. L’eau sur le feuillage favorise les maladies foliaires. Pour favoriser un système racinaire sain, arrosez en profondeur (l’équivalent d’un pouce) et seulement quand c’est nécessaire (pas plus d’une fois par semaine, si possible) en fonction des précipitations naturelles. Il faudra plus d’eau pendant les périodes chaudes et sèches, alors qu’il faudra très peu d’eau supplémentaire pendant les mois plus frais.

L’irrigation goutte à goutte libère lentement l’eau pour un trempage complet et constitue le moyen d’irrigation le plus efficace. L’arrosage manuel est efficace pour les petites plantations tant que l’eau est dirigée vers la base de la plante et non vers le feuillage. L’irrigation par aspersion est la méthode d’arrosage la moins souhaitable en termes d’efficacité et de prévention des maladies. Si l’on utilise l’irrigation par aspersion, arrosez les matins ensoleillés, lorsque le feuillage s’assèche le plus rapidement.

Maintenez une humidité uniforme du sol. Une couche de paillis aide à conserver l’humidité du sol et peut réduire les problèmes tels que la pourriture apicale (carence en calcium) des tomates et des poivrons.

Ne travaillez pas dans le jardin lorsque les plantes et le sol sont humides. Les maladies bactériennes et fongiques se propagent facilement d’une plante à l’autre sur les mains et les vêtements lorsque les parties aériennes des plantes sont humides.

Paillage

De nombreux agents pathogènes des plantes survivent dans le sol et peuvent passer l’hiver dans les débris du sol. Un paillis de paille, d’écorce, de feuilles, de papier déchiqueté ou de plastique empêchera la terre d’éclabousser les plantes et les fruits de toucher le sol nu. Les tomates en particulier bénéficient d’une couche de paillis pour aider à prévenir les maladies telles que le mildiou.

Les fruits qui mûrissent, comme les fraises, les tomates, les courges, les concombres et les melons, sont facilement atteints de pourriture par le sol nu. Les paillis aident également à conserver l’humidité du sol, à réduire les infestations de mauvaises herbes et à améliorer la santé générale des plantes. Certains matériaux de paillage, comme la paille, les feuilles, le bois déchiqueté ou l’écorce, ajoutent également des matières organiques bénéfiques en se décomposant.

Fertilisation adéquate et matière organique

Une fertilisation adéquate aide à prévenir les maladies des légumes. Analysez le sol trois à six mois avant la saison de croissance et suivez les recommandations pour fournir les nutriments appropriés et ajuster le pH du sol. La plupart des légumes préfèrent un sol dont le pH se situe entre 6,5 et 7,0.

La matière organique du sol provenant des matières végétales décomposées est un facteur important pour la santé des plantes. Non seulement les plantes sont mieux à même d’absorber et d’utiliser les nutriments, mais la diversité microbienne des sols riches en matières organiques contribue également à empêcher les maladies de s’installer. La teneur optimale en matière organique du sol se situe entre deux et cinq pour cent. Un compost de bonne qualité est considéré comme une source idéale de matière organique. Les fumiers frais peuvent brûler les plantes et introduire des agents pathogènes ; par conséquent, les fumiers doivent être bien compostés avant d’être ajoutés au jardin. Les cultures de couverture peuvent également fournir une partie de la matière organique.

Lutte contre les mauvaises herbes

Les mauvaises herbes peuvent être une autre source de maladies et d’insectes. Par exemple, certaines mauvaises herbes peuvent servir de réservoir à plusieurs virus transmis par les insectes qui peuvent infecter les légumes cultivés à la maison. Les mauvaises herbes peuvent également concurrencer les légumes pour les nutriments et le soleil. Un bon désherbage permet d’augmenter la circulation de l’air dans le jardin et de réduire les conditions – telles que l’humidité excessive – qui favorisent le développement des maladies.

Lutte contre les nématodes

La gestion des nématodes phytoparasites est importante pour la culture des légumes. La plupart des légumes sont susceptibles d’être endommagés par les nématodes. Les nématodes sont des vers ronds microscopiques qui vivent dans le sol. De nombreuses espèces sont bénéfiques, mais certaines nuisent aux légumes et à d’autres plantes en se nourrissant de leurs systèmes racinaires et en les endommageant. Les dommages causés par les nématodes peuvent passer inaperçus, mais un nombre élevé de ces parasites peut saper l’énergie de vos plantes. Si vous pensez qu’il y a un problème, vous pouvez vérifier la présence de nématodes dans votre sol en envoyant un échantillon de sol au bureau de vulgarisation de votre comté. Le nématode le plus nuisible en Géorgie est le nématode à galles, qui doit son nom aux nœuds qu’il produit sur les racines infestées.

A lire  Les sachets de thé sont-ils bons pour les plantes d'intérieur?

L’objectif est de maintenir le nombre de nématodes phytoparasites à un niveau faible. Bien qu’il n’existe pas de pesticides pour les nématodes disponibles pour les jardiniers amateurs et qu’aucune méthode n’élimine complètement les nématodes, les méthodes de gestion culturelle peuvent s’avérer efficaces. Les stratégies de gestion des nématodes peuvent inclure :

  • La rotation des cultures vers des cultures non hôtes du nématode problématique.
  • Planter des variétés résistantes aux nématodes
  • Planter des cultures de couverture qui suppriment les nématodes.
    l’augmentation de la matière organique du sol et de la diversité microbienne
  • Solarisation
  • Utilisation de produits de biocontrôle
  • L’optimisation de la santé des plantes et du sol est la première ligne de défense contre les nématodes. Il a été démontré que les populations microbiennes actives ont un effet suppressif direct sur les nématodes parasites des plantes ; cependant, cette stratégie doit être combinée à la rotation avec des cultures non hôtes pour briser le cycle de vie des nématodes. Certaines variétés de plantes sont résistantes aux nématodes, notamment de nombreuses tomates hybrides.

Assainissement

L’assainissement, ou l’élimination du matériel végétal potentiellement malade, contribuera à réduire la survie des organismes pathogènes et les futures épidémies. Après la récolte, enlevez les plantes et les résidus de plantes. Déracinez les plantes entières si possible. Enlevez et détruisez rapidement les plantes malades. Les épidémies de taches foliaires peuvent être réduites si les premières feuilles infectées sont enlevées et détruites.

Pesticides

Les pesticides devraient être la dernière défense dont disposent les jardiniers amateurs lorsque toutes les autres options de prévention des maladies ont échoué. Les jardiniers amateurs ont moins de fongicides ou de bactéricides à leur disposition que les producteurs commerciaux, et ces produits peuvent être moins efficaces. La plupart des types de légumes peuvent être cultivés la plupart des années dans le jardin familial sans l’utilisation de pesticides. L’utilisation de fongicides comme mesure préventive peut être une option si certaines maladies ont été problématiques les années précédentes et que les autres options de gestion n’ont pas été efficaces. Le bureau de vulgarisation de votre comté peut vous fournir des recommandations sur l’identification et la gestion des maladies.

Les produits à base de manèbe, de mancozèbe, de Terraclor® (PCNB), de soufre et de cuivre sont des options de propriétaire qui peuvent être utilisées sur certaines cultures. Ces produits suppriment toute une gamme d’agents pathogènes fongiques et sont plus efficaces s’ils sont appliqués de manière préventive, avant ou au tout début d’une épidémie. Les fongicides ne sont pas efficaces sur les symptômes de la maladie qui sont déjà présents.

Terraclor est utilisé en tant que trempage du sol de transplantation pour supprimer la brûlure australe et la fonte des semis de Rhizoctonia. Les produits à base de cuivre suppriment les agents pathogènes fongiques et bactériens. Le soufre est efficace contre l’oïdium. Le cuivre et le soufre peuvent brûler le feuillage de certaines plantes et doivent donc être utilisés avec précaution. Comme pour tout pesticide, lisez l’étiquette et suivez les précautions recommandées pour vous assurer que le produit chimique est appliqué de manière sûre et efficace.

Gestion biologique

La gestion biologique des maladies et des ravageurs est une question de prévention. Les pesticides biologiques ne sont efficaces que si leur utilisation est combinée aux autres méthodes de gestion décrites ci-dessus. Les principaux problèmes de maladies surviennent lorsque les conditions sont chaudes et humides sur des cultures comme la tomate (taches foliaires et pourriture des fruits) et la courge (oïdium et mildiou, anthracnose). Les produits organiques tels que le cuivre, le soufre, Serenade(R), etc., peuvent aider à résoudre les problèmes foliaires s’ils sont utilisés à titre préventif avant que les problèmes ne se développent.

Contactez le bureau de vulgarisation de votre comté pour obtenir des informations spécifiques sur les recommandations en matière de pesticides.

Résumé

Des plantes saines sont la meilleure prévention contre les maladies des plantes. Utilisez des pratiques culturales appropriées pour promouvoir et maintenir des plantes saines, qui ne contractent pas les maladies aussi facilement que les plantes faibles.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page