Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Echo Vert

A quoi ressemble le choc de la transplantation?

Le choc de la transplantation est la combinaison de trois facteurs. Lorsqu’un arbre ou une plante est déplacé, il subit :

  • une forme de violence physique
  • une réduction de sa taille
  • et se retrouve dans un nouvel environnement.

Chacun de ces facteurs contribue au choc de la transplantation

Le choc de la transplantation, ce qu’il est et comment aider votre plante à survivre

Voyons quels sont les symptômes du choc de la transplantation et les trois défis auxquels une plante doit faire face : dommages physiques, réduction des effectifs et nouvel environnement.

Symptômes du choc de la transplantation
Une plante qui vient d’être déterrée et déplacée d’un endroit à l’autre peut présenter des signes de :

  • des feuilles flétries ou qui tombent,
  • des branches mourantes,
  • une chute brutale des fleurs ou des fruits,
  • ou bien elle peut mourir complètement.

C’est ce qu’on appelle le choc de la transplantation.

Pour les plantes et les herbes achetées en pots, comme la laitue, la coriandre et le persil, le choc de la transplantation peut également provoquer la montée en graines.

Quand le choc de la transplantation se produit-il ?

Le choc de la transplantation peut se produire lorsque :

  • la transplantation de semis,
  • déplacer une plante dans le jardin, ou même déplacer une plante cultivée dans un récipient ou un pot !
  • en plantant un arbre ou un arbuste provenant d’une jardinerie,
  • dans une certaine mesure, même lorsqu’il s’agit simplement de rempoter une plante ou de la recouvrir de terre.

Cela s’applique également aux plantes d’intérieur nouvellement achetées. Celles-ci quittent l’environnement optimisé d’une pépinière pour un cadre complètement différent : votre propre maison !

Le choc de transplantation peut-il se produire sans déplacer la plante ?

En fait, bien que cela ne soit pas directement lié à la transplantation, un choc très similaire peut se produire chez les plantes.

Nouveaux bâtiments ou suppression des constructions voisines

  • Cela modifie à la fois l’exposition et le régime des vents, ce qui peut entraîner un choc pour la plante.
    De l’ombre là où il n’y en avait pas retardera la croissance.
  • Le soleil là où il y avait de l’ombre peut donner à l’arbre des coups de soleil.
  • Cela peut également se produire si un bûcheron abat un grand arbre, ouvrant ainsi une clairière. En foresterie, les coups de soleil sont fréquents sur les arbres qui restent en plein soleil après une coupe à blanc.
A lire  Comment tailler une plante d'intérieur?

Modifications souterraines

  • Lorsque la construction s’approche des racines, les dommages sont presque inévitables.
  • La mise en place d’une barrière anti-racines ou d’un piège à rhizomes implique de couper les grosses racines. Il est important de tailler en conséquence.
  • Maltraitance physique – branches et racines cassées
  • Le déplacement d’une plante ne peut se faire sans qu’elle subisse un certain degré de dommages liés à la transplantation. Les racines, les branches et le feuillage sont tous affectés.

Les racines sont les plus touchées, mais les blessures marquent également les branches. Cela est généralement dû au fait que les racines ont été coupées avec la bêche, à l’élagage, aux cassures, aux parties de la plante qui dépérissent en raison d’une mauvaise manipulation, au transport, etc.

Lorsque les racines sont exposées à l’air, de minuscules radicelles invisibles se dessèchent et meurent. Les dégâts commencent dès la première minute !

Il est donc important de se hâter lorsque la motte de la plante est à l’air libre…
… mais il est également essentiel d’avoir les mains douces.

Agissez avec délicatesse pour éviter de créer des blessures plus importantes en tordant et en meurtrissant la plante.

Se concentrer sur les objectifs, c’est bien, mais faire attention, c’est bien aussi !

Réduction des effectifs – moins de racines, moins de branches

Une plante qui a été transplantée de l’endroit où elle poussait en terre perd généralement la moitié ou plus de son système racinaire et de son système de production : feuilles, branches, etc.

La taille des branches est aussi importante que le traitement des racines

Pour qu’une transplantation réussisse, il faut supprimer les branches et les feuilles pour compenser la perte des racines.

La plante avait développé son système racinaire pour répondre à une circulation accrue de la sève, de l’eau et des nutriments au cours de sa croissance. Tout à coup, les vaisseaux qui canalisent tout cela sont surdimensionnés. Leur forme et leur volume ne correspondent plus aussi parfaitement aux besoins de la plante. Le déplacement des nutriments coûte plus cher à la plante qu’auparavant.

C’est la principale logique qui sous-tend la pratique consistant à égaliser ce qui est enlevé. Si la moitié du système racinaire reste dans la transplantation, il est important de réduire également de moitié le feuillage.

Il est important de s’assurer que la proportion de racines reste relativement la même que celle des branches et des feuilles vivantes.

N’oubliez pas non plus que la majeure partie des racines « actives » se trouvent autour de la circonférence. Les racines autour du tronc sont toujours bonnes, mais elles ont généralement déjà épuisé le sol qui les entoure et ne sont pas aussi importantes. Lors de la transplantation, elles devront se remettre au travail, ce qui prend un certain temps !

A lire  Combien de temps les orchidées vivent-elles ?

Un nouvel environnement de culture

À long terme, le facteur le plus important est le changement d’environnement de croissance. Lorsqu’on déplace une plante, les éléments suivants changent généralement radicalement :

le type de sol – même dans le même jardin, le sol peut être argileux d’un côté et riche en humus de l’autre, avec des « taches » de différents types de sol incrustées.

le drainage – le drainage et la disponibilité de l’eau diffèrent à la fois en raison des différents types de sol et des différents régimes de précipitations (ombre portée des arbres, différences de rafales de vent, etc…)
l’exposition – à moins que vous ne vous déplaciez d’un coin d’un champ ouvert à un autre, il y aura toujours un modèle différent d’exposition au soleil et à l’ombre.

les plantes compagnes – à un moindre degré, les plantes voisines influenceront également le nouvel arrivant. Il existe toujours une relation entre une plante et ses voisines, et le fait d’avoir de nouvelles voisines a également une influence.

Une plante, au cours de sa croissance, réagit intimement à son environnement, pour « fleurir là où elle est plantée ». Le choc du changement peut souvent être surmonté, mais dans certains cas, il s’avère trop difficile à gérer et la plante meurt.

Comment rendre la transplantation plus facile pour la plante
Plantes vulnérables au choc de la transplantation

Certaines plantes sont plus exposées que d’autres au choc de la transplantation. Cela est souvent lié à la nature de leur système racinaire.

Arbres à système racinaire peu profond

Les arbres dont le système racinaire est peu profond et très étendu ont beaucoup de mal à survivre à une transplantation.

En effet, presque toutes leurs racines actives sont perdues lors de la transplantation.

Pour ces arbres, il est préférable de creuser une bande de terre moins profonde mais plus large.
Ce type d’arbre est courant le long des plans d’eau. Les racines peu profondes résistent mieux à la pourriture des racines.

Le katsura et le saule pleureur sont des exemples d’arbres à racines peu profondes qui sont difficiles à transplanter.

 » Un conseil intelligent pour réduire le choc de la transplantation
Une étude a été menée sur de jeunes gaules de bouleau qui ont été transplantées et arrosées d’eau sucrée. L’arrosage du sol et l’arrosage avec de l’eau sucrée ont réduit de manière significative la mortalité et le choc de transplantation. Pourquoi ne pas l’essayer pour vos propres transplantations d’arbustes ? Ajoutez une tasse et un quart de sucre à un gallon d’eau (10 oz par gallon ou 70g par litre). Mélangez bien et utilisez-le pour l’arrosage pendant la première saison.  »

 

QUESTIONS AVEC RÉPONSES

Une plante peut-elle se remettre du choc de la transplantation ?

Oui, les plantes peuvent survivre au choc de la transplantation avec des soins appropriés. Soyez patient, donnez-leur de l’eau et du temps. Elles s’en remettront.

A lire  Quand planter l'érable japonais?

Combien de temps dure le choc de la transplantation ?

Les engrais peuvent dessécher les racines et aggraver l’état déjà fragile de l’arbre. Soyez patient : Si vous traitez bien votre arbre, celui-ci devrait se remettre du choc et s’établir. Il peut falloir jusqu’à 3 ans pour qu’un arbre ayant subi un choc de transplantation se rétablisse complètement.

Comment savoir si votre plante est en état de choc ?

Les signes révélateurs du choc sont le jaunissement ou le brunissement des feuilles flétries qui s’affaissent considérablement. Souvent, une plante stressée devient très délicate et les feuilles tombent facilement, si on les touche ou si on les heurte. Il existe deux types de chocs à prendre en compte lorsque vous déplacez ou rempotez vos plantes : le choc de la plante et le choc de la transplantation.

Comment se produit le choc de la transplantation ?

Le choc de la transplantation se produit lorsque la plante est incapable d’extraire suffisamment d’eau de son nouvel environnement. La plante a besoin de rétablir ses racines dans son nouvel emplacement. Par conséquent, après la plantation, les soins doivent viser à encourager le développement rapide des racines afin de rétablir la capacité de la plante à absorber l’eau.

Pourquoi mes plantes ont-elles l’air tombantes après la transplantation ?

Les feuilles de votre plante s’affaissent après la transplantation parce qu’elle subit un stress. Cela peut être dû à un excès d’eau, à un manque d’eau, à des racines endommagées ou à un manque de lumière. Cela peut également être dû à un sol pauvre, à une chaleur excessive ou à un manque d’espace de culture.

Comment soulager le choc de la transplantation ?

Gardez les racines humides – Gardez le sol bien arrosé, mais veillez à ce que la plante bénéficie d’un bon drainage et ne soit pas dans l’eau stagnante. Attendez patiemment – Parfois, une plante a simplement besoin de quelques jours pour se remettre du choc de la transplantation. Laissez-lui un peu de temps et prenez soin d’elle comme vous le feriez normalement et elle reviendra peut-être d’elle-même.

Le sel d’Epsom aide-t-il le choc de la transplantation ?

Il est possible de remédier au choc de la transplantation en appliquant du sel d’Epsom sur le sol où la plante est replantée. Le sel d’Epsom déclenche la production de chlorophylle, ce qui permet une meilleure absorption des nutriments et favorise la guérison.

Afficher plus

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page