google.com, pub-5564163725941137, DIRECT, f08c47fec0942fa0

Meeki

Meeki

Meeki (1. Meeki 2. Cichlidée à gorge rouge 3. Gorge de feu 4.  Thorichthys meeki 5. Cichlasoma hyorhynchum  6. Cichlasoma meeki  7. Herichthys meeki  8. Thorichthys helleri meeki 9.  Firemouth) est un poisson d’eaux douces, ces descriptions, ces photos et ces vidéos sont ici à xopark.com

Le Cichlasoma meeki est un cichlidé de petite taille comparé

Meeki 2. Cichlidée à gorge rouge 3. Gorge de feu 4. Thorichthys meeki 5. Cichlasoma hyorhynchum 6. Cichlasoma meeki 7. Herichthys meeki 8. Thorichthys helleri meeki 9. Firemouth) est un poisson d'eaux douces, ces descriptions, ces photos et ces vidéos sont ici à xopark.com
Meeki 2. Cichlidée à gorge rouge 3. Gorge de feu 4. Thorichthys meeki 5. Cichlasoma hyorhynchum 6. Cichlasoma meeki 7. Herichthys meeki 8. Thorichthys helleri meeki 9. Firemouth) est un poisson d’eaux douces, ces descriptions, ces photos et ces vidéos sont ici à xopark.com

à d’autres espèces comme le Managuense. Le corps est relativement haut et légèrement aplati et une terminaison de la tête assez pointue. Les nageoires caudale, anale et dorsale sont longues et assez effilées. Sa robe revêt diverses nuances allant du gris-bleu au bronze. Une large ligne latérale foncée part de l’opercule jusqu’à la base du pédoncule. Cette ligne sépare bien les couleurs du meeki. Le dos et le dessus de la tête sont plus foncés alors que le ventre et la gorge sont orangés ou rouge vif. Cinq à sept bandes verticales traversent ses flancs mais elles ne sont pas toujours très visibles. (sur les photos on peut toutefois les apercevoir).

Sur toutes les nageoires ainsi que de chaque côté de la bouche on peut remarquer de nombreux points bleus. Selon la position du poisson par rapport à l’éclairage, ces points sont d’un bleu très brillant.

La coloration rouge vif de sa gorge qui lui a valu le surnom de « firemouth » (bouche de feu) lui est typique, de même que sa façon de gonfler sa gorge et de déployer ses opercules lors des parades nuptiales.

Lors de la période de reproduction, les meeki semblent « se chercher ». Le mâle dominant s’arroge le droit de cuissage en tentant sa chance auprès des femelles. Mais tant qu’il n’a pa trouvé LA compagne qui lui convient, il chasse les autres mâles à grands renforts de poursuite et d’effets de gorge. Une fois le couple formé, celui-ci voit ses couleurs augmenter d’intensité, et le mâle ne cesse de gonfler sa gorge et de déployer ses opercules, à la manière d’un paon. La parade est agitée mais reste néanmoins gracieuse. Le mâle se montre très entreprenant en donnant des coups de nageoire ou des coups de « becs » mais sans aucune agressivité. Une fois le lieu de ponte choisi, le couple se charge, tour à tour, de le nettoyer soigneusement, tout en en interdisant l’accès aux autres poissons. La ponte produit entre 200 et 500 oeufs transparents à jaune clair qui sont habituellement déposés sur une roche plate et aussitôt fertilisés. En fait, n’importe quel support plat leur convient. Dès lors, le couple est très occupé. Il monte la garde, ventile les œufs afin d’éviter l’apparition de moisissure et creuse des trous dans le sable (ou dégage le gravier sous une roche). Les parents déposeront et protègeront les nouveau-nées dans le nid jusqu’à ce qu’ils soient en nage libre. Il faut compter environ 3 jours avant l’éclosion et encore 5 à 6 jours avant la nage libre. Les alevins sont nourris en partie par le nuage d’aliments mastiqués et recrachés par les parents, et un complément peut être donné sous forme de fine nourriture en poudre ou d’artémias. A l’âge de 5 à 6 semaines, il est bon de les transférer dans un autre bac où ils pourront se développer.

En effet, passé ce stade, les alevins peuvent se débrouiller seuls et les parents n’assurent plus leur protection. Désirant frayer à nouveau, les jeunes risquent alors d’être mangés.

Leur origine Yucatan, Guatemala Yucatan, Guatemala.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page