Les bulbes en automne

09-10-2015 les bulbes en automneLes bulbes en automne :

Mercredi 7 octobre 2015 à 8 h 49 – L’automne s’est déjà bien installé et notre jardin perd peu à peu de ses couleurs. Les fleurs sont fanées et les feuilles sont devenues jaunes. Les plantes vivaces vont résister aux rigueurs de l’hiver et reviendront au printemps ou l’été prochain, tandis que les annuelles auront terminé leur saison et ne réapparaîtront pas.

Les plantes vivaces dont le système racinaire est constitué d’organes de réserve souterrains, encore appelés bulbes (narcisses, jacinthes, tulipes, lis…), cormes (glaïeuls, crocus, colchiques…) ou tubercules (bégonias, dahlias, cyclamens, pivoines…) méritent quant à elles une attention particulière. Ces organes contiennent des réserves de nourriture pour permettre aux plantes de survivre lors de situations difficiles. Bien que ces plantes soient morphologiquement très différentes en apparence, elles sont la plupart du temps classées dans la catégorie des « plantes à bulbes ». Leur point commun est que leur cycle végétatif comprend une période de repos obligatoire de plusieurs mois pendant laquelle elles disparaissent complètement, pour ne réapparaître que lorsque les conditions climatiques sont redevenues favorables.

Ainsi ces plantes, faciles à cultiver, nécessitent un soin particulier notamment lors de leur plantation. Selon la période de floraison et de repos obligatoire, on en distingue deux types, celles dont on plante les bulbes (bulbes, cormes ou tubercules) en automne pour une floraison au printemps et celles dont on met les bulbes en terre au printemps pour une floraison en été. On les appelle ainsi les bulbes d’automne et les bulbes de printemps.

Bulbes d’automne à floraison printanière

Parmi ces plantes, on retrouve les tulipes, les crocus, les jacinthes, les jonquilles, les narcisses, les iris, les perce-neige ou encore les muscaris.  Ces bulbes peuvent passer l’hiver dans la terre. C’est la raison pour laquelle on les appelle également bulbes rustiques.

Ces bulbes sont plantés dès que le sol a atteint une température inférieure à 15 °C, c’est-à-dire à partir de la fin septembre, en octobre ou même pour certains d’entre eux jusqu’à la mi-novembre, juste avant les premières gelées.  Plus le bulbe est mis en terre tôt, plus son système racinaire va avoir le temps de bien croître avant l’arrivée des grands froids.  Il sera également moins susceptible d’être soulevé par la gelée. Les racines des plantes bulbeuses se développent très bien lorsque la température du sol est comprise entre 15 et 9 °C. Le sol doit être riche en matière organique et bien drainé, afin de ne pas faire pourrir les bulbes.

Les plantes à bulbes d’automne ont besoin d’environ 6 heures par jour de plein soleil très tôt au printemps. Elles peuvent donc être plantées sous des arbres à feuilles caduques, qui laisseront passer les rayons du soleil et qui ne feront de l’ombre qu’en été alors que les plantes seront en dormance durant cette saison.

Pour que la plante entière s’épanouisse, le bulbe doit hiverner dans le sol. En effet, une fois les bulbes bien enracinés,  les embryons des tiges, des feuilles et des fleurs,  présents dans le bulbe, ont besoin d’une période de dormance avant de démarrer leur développement. Il est donc important de bien les protéger de tout réchauffement éventuel durant l’hiver (gel/dégel) en les recouvrant d’un paillis d’environ cinq cm d’épaisseur.

Dès l’arrivée du printemps, il est conseillé de fertiliser les plantations afin de donner l’énergie nécessaire au développement et à l’épanouissement des plantes à bulbes. La floraison aura lieu entre la fin avril et le mois de juin selon les régions.  Après la floraison printanière, le bulbe est vidé de ses réserves et doit les refaire avant l’arrivée de l’hiver. C’est pourquoi il est important de laisser les feuilles sur le plant afin que ces dernières poursuivent la photosynthèse, laquelle assurera la mise en réserves des composés dans le bulbe. Pour une floraison l’année suivante, il est donc conseillé de couper les fleurs fanées, mais de laisser les feuilles jaunir.

Une fois celles-ci devenues mortes et sèches, les bulbes vont retomber en état de dormance. Les feuilles peuvent alors être coupées. Certains horticulteurs suggèrent de laisser tout simplement les bulbes en terre, car ils sont résistants au froid, alors que d’autres au contraire, pour de meilleurs résultats, conseillent de les déterrer, de les faire sécher et de les entreposer dans un endroit frais et sec, jusqu’à la période de plantation à l’automne.
Les bulbes de printemps à floraison estivale

Ils sont également appelés bulbes non rustiques, car ils ne résistent pas aux rigueurs de l’hiver. Parmi ces plantes, on retrouve notamment les dahlias, les glaïeuls et les Cannas. Au printemps, la plantation peut être démarrée à l’intérieur, dans une serre ou une véranda, ce qui permet d’avoir une floraison plus hâtive. Elle peut également avoir lieu directement dans le jardin, au printemps, dès que les risques de gel sont passés, à l’abri du vent pour les plantes hautes.

Les fleurs apparaissent au cours de l’été et embellissent nos jardins jusqu’à l’automne pour certaines d’entre elles. Dès que les températures diminuent, les feuilles jaunissent, puis finissent par noircir avec les premières gelées. C’est le signe que les bulbes entrent en dormance et qu’il est temps de les déterrer, car contrairement aux bulbes d’automne, ils ne résistent pas à l’hiver québécois. Ils doivent être nettoyés de la terre, débarrassés des tiges et du feuillage, puis conservés à l’obscurité, si possible dans un carton aéré, et entreposés dans un endroit sec, aéré et à l’abri du gel. Les bulbes passeront ainsi la période hivernale en repos complet et attendront leur plantation au printemps suivant pour former de magnifiques fleurs.