Lâcher de lapins

Gard : lâcher de lapins sur le camp des Garrigues

L’opération a pour but de repeupler ce coin de garrigue en petits gibiers et d’assurer aussi les ressources alimentaires des rapaces qui nichent dans les gorges du Gardon.
Ce vendredi, quarante lapins de garenne (trente femelles et dix mâles) ont été lâchés dans un enclos fermé abritant quatre garennes, ces terriers en pierre sèche, traversés par des galeries, érigés au printemps dernier dans le cadre d’un chantier d’insertion.

lâcher de lapinsLes lapins sont arrivés d’un élevage de l’Aveyron et participent à leur façon au programme européen Life Défense Nature 2mil, qui vise à conserver et à développer la biodiversité des terrains militaires. Cette opération est menée en partenariat par le syndicat mixte des gorges du Gardon et par l’armée du camp des Garrigues.

Double objectif
Ce lâcher de lapins a un double objectif. Il s’agit, d’une part, de repeupler ce coin de garrigue en petits gibiers.  « Il n’y a quasiment plus de lapins de garenne sur ce secteur », regrette Robert Pradeilles, président de la société de chasse de Poulx. En cause : la myxomatose, le VHD (maladie virale hémorragique du lapin) et la dégradation des habitats naturels. D’autre part, les lapins permettront d’assurer les ressources alimentaires des rapaces qui nichent dans les gorges du Gardon où le petit gibier se fait rare.

Chasse aux lapins interdite pendant trois ans sur 20 ha
Les lapins vont rester quelques semaines dans leur enclos protégé des rapaces par un grillage. Après ce temps d’adaptation, des trappes s’ouvriront et les lapins pourront s’ébattre en liberté dans la garrigue environnante. La chasse aux lapins sera interdite sur plus d’une vingtaine d’hectares pendant trois ans, le temps que les lapins se multiplient et repeuplent efficacement le secteur. Leurs seuls prédateurs seront  alors les rapaces. La loi de la nature reprendra ses droits. Un suivi de cette expérience sera assuré par le syndicat mixte des gorges du Gardon